ASSYRIANS


Photographies, archives, textes, son.

Dans Assyrians je parle tout d’abord de mon histoire familiale, celle de mon grand-père qui a fuis ces terres issues d’un village assyrien iranien se nommant Mawana, pour venir en France à Marseille. Ce travail est composé par un recueil de témoignages d’Assyriens rencontrés entre la France et la Belgique. Ces individus, d’âges différents, sont des immigrés ou des enfants d’immigrés. J’ai voulu regroupé un panel de portraits afin de raconter une histoire commune. Dans ce projet je questionne de nombreuses notions comme l’exil et l’attache à nos origines. Ces personnes ont fuis leur pays, quelles traces, souvenirs gardent elle de ces terres ? Comment se reconstruire ailleurs ? Sont-elles assimilées dans le pays où elles se trouvent ? Comment faire perdurer leur culture, leur langue ? Dans mon processus j’aborde le sujet de la création d’une mémoire collective. Ici se mêlent : des photographies, des documents d’archives, des textes issus des témoignages, des photographies d’objets appartenant aux assyriens. Dans le but de reproduire le processus sélectif, inconscient et combinatoire du souvenir. A travers mes images je fais aussi appel à la fiction pour évoquer cette frontière impalpable qui existe dans l’esprit de cette communauté, tiraillée entre ici et là-bas. Mon objectif avec ce projet est aussi de favoriser la visibilité de cette ancienne communauté venue d’Orient, je veux raconter les histoires de cette communauté oubliée, et parler d’une quête de nos origines, présente en chacun de nous.

2020 - en cours

Portrait Festival Circulation(s) 2022
Finaliste Prix Mentor 2021 par Freelens



Pièce sonore mêlant les témoignages d’assyriens rencontré pendant mon enquête photographique.
Son réalisé avec l’aide de Camille Bonnel et de Maxime Pichon.