LE PAYS DISPARU


Iskaria. Mon nom de famille. Une partie de mes origines. Très tôt ma famille me l’a expliqué : " Ton nom vient d’un pays disparu. Cette terre se trouvait entre l’Iran, l’Irak et la Turquie." Cette histoire on me l’a souvent raconté, mais jusqu’à l’année 2019 je n’avais jamais vu d’images de cette région d'où je viens, j’avais seulement l’imaginaire que je m’en fais. De ce fait j’ai décidé d’entreprendre une recherche sur ces communautés ayant vécus dans ces villages, on les appelle les assyriens. En effet la communauté assyriennes a vécu un drame continu et presque oublié remontant à 1915. Celui du démantèlement de l’empire ottoman, provoquant d’importants conflits territoriaux. Une période charnière accompagnée de violences qui se poursuivent encore aujourd'hui. Peu à peu les assyriens ont fuis vers l’Irak puis vers la Syrie. Aujourd'hui, leur exode ne se limite plus au Moyen-Orient. Une partie a émigré en Europe, en Amérique et même en Australie. Ce travail questionne donc mes origines, mais aussi de manière plus collective, la disparition d’un pays, de son peuple, de sa culture pour être substitué par un autre.

2020 - 2021

Exposition Third Place Or What? galerie Tick-Tack
Article Art viewer 



Vue d’installation Le pays disparu pour l’exposition Third Place or What?, à la galerie Tick-Tack, Anvers, Belgique, 2021.


Vue d’installation Le Lac pour l’exposition Third Place or What?, à la galerie Tick-Tack, Anvers, Belgique, 2021. 



Vue d’installation Assyrians pour l’exposition Third Place or What?, à la galerie Tick-Tack, Anvers, Belgique, 2021.







Other landscapes, Le pays disparu, 2020.